Subscribe to
Opera Today

Receive articles and news via RSS feeds or email subscription.


twitter_logo[1].gif



9780393088953.png

9780521746472.png

0810888688.gif

0810882728.gif

Recently in Commentary

On The Death of Klinghoffer

This is a revised version of my review of the Sept 5th 1991American premiere of The Death of Klinghoffer, at the Brooklyn Academy of Music. The opera was first performed at Brussels’ La Monnaie the previous spring.

Dolora Zajick about her Institute for Young Dramatic Voices

"Although there are now more people on this planet than there have ever been before, there are fewer dramatic voices. Something is wrong with that equation. I thought there needs to be some sort of helping hand so that dramatic voices don’t fall through the cracks in the system as they advance through their various stages of development."

The Metropolitan Opera to cancel its Live in HD transmission of John Adams’s The Death of Klinghoffer scheduled for this fall

 

Anna Prohaska, one of Europe’s most promising sopranos

Anna Prohaska sings Sister Constance in Poulenc’s Dialogues des Carmélites at the Royal Opera House. In the same month, she’s also in London to sing a recital with Eric Schneider at the Wigmore Hall, and to sing Henze with Sir Simon Rattle at the Barbican Hall.

Garsington Opera’s 25th anniversary unites its past with its future

Garsington Opera celebrates its 25th anniversary this year.

Annapolis Opera’s 26th Annual Vocal Competitions

Baritone Brandon Coleman’s mother, Linda, knew that 3-year old Brandon would be a great singer when a stranger who had heard him, predicted it.

Barbiere Comes to Sin City

Professional opera returns to the Las Vegas Valley June 6th and 8th with performances of one of the best-known comic operas of all time, Gioachino Rossini's Il Barbiere di Siviglia.

Jean-Paul Scarpitta in Montpellier

I met with the embattled artistic director of the Opéra et Orchestre National de Montepellier not to talk about his battles. I simply wanted to know the man who had cast and staged a truly extraordinary Mozart/DaPonte trilogy.

Interview: Tenor Saimir Pirgu — From Albania to Italy to LA

Maria Nockin interviews tenor Saimir Pirgu.

Claudio Abbado, Italian conductor, dies aged 80

Italian conductor Claudio Abbado, former principal conductor of the London Symphony Orchestra, has died aged 80

Matthew Polenzani — Des Grieux, Manon, Royal Opera House

Matthew Polenzani reprises the role of the Chevalier des Grieux in Jules Massenet’s Manon at the Royal Opera House. “I love coming back to London”, he says, “It’s a very good house and they take care of you as a singer. And the level of music making is unbelievably high”.

Season 2014 at San Diego Opera

On Saturday evening January 25, San Diego Opera opens its 2014 season with Ruggero Leoncavallo’s verismo blockbuster Pagliacci (Clowns).

Maestro Joseph Rescigno Discusses The Flying Dutchman

The Flying Dutchman is a transitional piece because Wagner was only beginning to establish his style. He took some aspects from Carl Maria von Weber and others from Italian composers like Vincenzo Bellini.

Royal Opera House Announces Digital Theatre

The Royal Opera House has its own DVD arm, Opus Arte, and is developing quite a global following with its cinema broadcasts.

Patricia Racette on Dolores Claiborne

On a personal level, I feel that Dolores is almost like Emmeline grown up. Their circumstances are not exactly parallel, but they are both women at very different points in their lives whose stories involve dilemmas with life-changing outcomes.

Tobias Picker Talks About His New Opera Dolores Claiborne

With the help of Andrew Welch, a London theatrical producer who had adapted several of King’s works for the stage, including this one, I got the rights to both Dolores Claiborne and Misery.

Dolora Zajick on New Opera Written for Her

On September 18, 2013, San Francisco Opera will present the world premiere of Tobias Picker’s opera, Dolores Claiborne, which has a libretto by J. D. McClatchy based on Stephen King’s novel of the same name.

Ermonela Jaho — Singing and Character

Ermonela Jaho caused a sensation at Covent Garden in London five years ago, when she took over Violetta at short notice from Anna Netrebko.

Ignite at Wigmore Hall

What do you get if you cross Benjamin Britten, ‘one-page scores’, an innovative performing ensemble and ‘Wigmore Learning’ — the Wigmore Hall’s imaginative outreach programme which aims to provide access to chamber music and song through innovative creative programmes, online resources and events?

Marseille, Capital of European Culture

Marseille woke up this past January 11 stunned to find itself number two on the New York Times list of 46 places you should visit in 2013 (Rio was number one, Paris just made the list at number 46).

OPERA TODAY ARCHIVES »

Commentary

06 Oct 2004

Le Figaro Interviews Felicity Lott

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l’un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l’équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s’imposent de l’opérette viennoise à l’opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n’inaugure la nouvelle salle de Grenoble, «rodage» précédant les représentations parisiennes.

Felicity Lott : "J'ai besoin qu'on m'aime"

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l'un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l'équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s'imposent de l'opérette viennoise à l'opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n'inaugure la nouvelle salle de Grenoble, "rodage" précédant les représentations parisiennes.

Propos recueillis par Christian Merlin
[05 octobre 2004]

Felicity Lott

LE FIGARO. - En pleines répétitions de La Grande Duchesse, comment vous sentez-vous ?

Felicity LOTT. - Je me sens nulle, comme d'habitude. Mais ce n'est pas nouveau, j'avais déjà eu la meme impression au début du travail sur La Belle Hélène. J'ai tellement de texte à dire en français, je dois chanter et jouer en meme temps : on ne peut se permettre une seconde d'inattention. Je regarde François Le Roux, Yann Beuron, Sandrine Piau, je les trouve formidables et je me dis : je n'y arriverai jamais, qu'est-ce que je fais là ? Je dois etre pénible pour les autres, avec mes complexes. Ils ont certainement suffisamment de problèmes pour ne pas avoir en plus à subir les miens !

Vous semblez pourtant si à l'aise en scène ! Qu'est-ce qui vous permet de surmonter votre manque de confiance en vous ?

La confiance des autres. J'aimerais etre plus forte et me porter toute seule, mais c'est ainsi : j'ai besoin d'etre soutenue par les autres. La clé, c'est le travail d'équipe : je suis incapable de considérer mon métier comme une activité individualiste. C'est pourquoi, par exemple, j'aime beaucoup donner des récitals à deux, que ce soit avec ma complice Ann Murray ou avec Angelika Kirchschlager, dont j'aime tant le naturel et la spontanéité. Ici, pour un spectacle comme La Grande Duchesse, on est porté par l'équipe Minkowski/Pelly, qui est comme une famille.

Qu'est-ce qui vous lie à eux ?

D'abord le fait que nous adorons la musique d'Offenbach et voulons la servir le mieux possible. J'aime beaucoup Laurent Pelly parce qu'il me fait confiance et trouve toujours des solutions qui me sont adaptées. Et puis il n'hésite pas à aller contre la musique, ce qui crée une tension plus intéressante que si la mise en scène dit exactement la meme chose que la partition. Quant à Marc, il essaie de nettoyer les partitions, afin qu'on les entende comme si c'était la première fois. Il s'intéresse à la couleur des mots, et meme au non-dit, au "sous-texte". Ses tempi sont certes souvent très rapides, et il n'est pas facile à suivre, mais cela aussi crée une tension positive : on doit toujours etre aux aguets, et les finales d'actes sont si excitants !

Je suppose que c'est le succès immense de La Belle Hélène qui vous a encouragée à aborder un nouveau role offenbachien ?

Si je me souviens bien, c'est à la fin de la première série de Belle Hélène, sachant que je ne pourrais assurer la première reprise, que Jean-Pierre Brossmann a évoqué l'idée d'un autre ouvrage. La Grande Duchesse est vraiment très différente : impossible de faire une copie du spectacle précédent. Elle est à la fois plus drole et moins drole. On y ridiculise la guerre et la corruption du pouvoir, ce qui me plaît bien. La fin est plus cruelle et mon personnage n'est pas très sympathique, ce qui me plaît moins : j'ai besoin qu'on m'aime !

Qu'est-ce qui vous attire dans Offenbach ?

C'est d'abord, au stade actuel de ma carrière, de faire quelque chose de tout à fait différent, après toutes ces Maréchales... Attention, j'adore Richard Strauss, d'ailleurs sans lui j'aurais été au chomage Sans parler de ces chefs qui vous noient sous un flot orchestral contre lequel on ne peut pas lutter.

Tous les chefs ?

Oh non Je lui ai dit que j'aimerais bien chanter Les Quatre Derniers Lieder avec lui, mais il m'a répondu qu'ils étaient de toute façon inchantables. Quel homme merveilleux Il a préféré renoncer à une carrière plus prestigieuse car il préfère etre entouré de ceux qu'il aime et qui l'aiment : je suis pareille. Et puis j'adore Bernard Haitink, avec qui j'ai fait mes débuts à Glyndebourne il y a 27 ans. C'est la seule audition que j'aie jamais passée, et elle a marché. Je pense qu'il s'en est vite débarrassé car il détestait les auditions, tout comme moi. J'ai réussi le contre-ut d'Ann Trulove dans le Rake's Progress de Stravinsky et ça a suffi. Pourtant, ce n'était pas "joli joli". Ce n'est jamais joli joli, d'ailleurs.

Vous chantez certains roles, y compris dans Offenbach, dans lesquels on est habitué à entendre des voix plus lourdes. Est-ce un problème?

C'en est un si j'essaie de gonfler ma voix, de forcer le volume dans le médium. Quand j'ai travaillé la Maréchale, je suis allée consulter Georg Solti, qui était si gentil. Il m'a dit quelque chose de très simple : "N'essaie pas de faire comme les autres, chante-le avec ta voix. Tu envies les autres sopranes pour des qualités que tu n'as pas, mais dis-toi que beaucoup de sopranes aimeraient chanter comme tu le fais toi." Cela donne confiance. Tout comme quand j'ai rencontré Denise Duval, la créatrice de La Voix humaine de Poulenc, et qu'elle m'a dit avoir aimé mon interprétation de cette oeuvre. Vous vous rendez compte : Denise Duval!

Recommended Recordings:

Voici le sabre de mon père from La Grande Duchesse de Gérolstein, with Livine Mertens, sop. (1930).

Send to a friend

Send a link to this article to a friend with an optional message.

Friend's Email Address: (required)

Your Email Address: (required)

Message (optional):