Subscribe to
Opera Today

Receive articles and news via RSS feeds or email subscription.


facebook-icon.png


twitter_logo[1].gif



9780393088953.png

9780521746472.png

0810888688.gif

0810882728.gif

Recently in Commentary

Battles administration neglects FLO’s assets by defunding the program

The college administration and President Denise Battles’ recent decision to defund the Finger Lakes Opera came as a shock to many and a concern to more. This decision reflects the administration’s blatant disregard for the arts and reveals a mindset that is counterproductive to the mission of the college.

2017 Summer Festival at Lucerne

Lucerne Festival announces its 2017 Summer Festival.

BEMF Chamber Opera Series Presents Splendors of Versailles

The GRAMMY Award-winning BEMF Chamber Opera Series returns with an all-new production inspired by the splendor and music of the palace of Versailles. King Louis XIV transformed his father’s pastoral hunting lodge at Versailles into a lavish palace that served as the seat of government and culture in France.

Center for Contemporary Opera presents Jane Eyre (World Premiere)

Louis Karchin’s Jane Eyre, a full-length opera in three acts with a libretto by Diane Osen based on Charlotte Bronte’s novel, will receive its world premiere at The Kaye Playhouse (Hunter College) on Thursday, October 20, 7:30pm with a second performance on Saturday, October 22, 8pm. Jane Eyre is Karchin’s second opera, composed in 2014, following his critically acclaimed one-act comic opera Romulus.

Boston Early Music Festival announces the appointment of Melinda Sullivan to the new position of the Lucy Graham Dance Director

Cambridge, MA–The Boston Early Music Festival (BEMF) is pleased to announce the appointment of Melinda Sullivan to the new position of the Lucy Graham Dance Director.

2016 Elizabeth Connell Prize Winner Announced

Kseniia Muslanova from the Russian Federation has won the 3rd annual Elizabeth Connell Prize for aspiring dramatic sopranos held at the Sydney Conservatorium of Music in Sydney Australia on 3 September 2016.

A New Opera Company with a True Story of Forbidden Love

Victory Hall Opera is a new company making its debut in Charlottesville Virginia on August 14, 2016. Its first presentation will be Richard Strauss’s and Hugo von Hofmannsthal’s Der Rosenkavalier.

Interview with Star of Florencia en el Amazonas, Elizabeth Caballero

Lyric soprano Elizabeth Caballero’s signature role is Violetta in La traviata, which she portrays with a compelling interpretation, focused sound, and elegant coloratura that floats through the opera house as naturally as waves on the ocean.

A Chat With Baritone Brian Mulligan

Maria Nockin interviews baritone Brian Mulligan.

An interview with Tobias Ringborg

I arrive at the Jerwood Space, where rehearsals are underway for Garsington Opera’s forthcoming production of Idomeneo, to find that the afternoon rehearsal has finished a little early.

Opera Las Vegas Announces Full Production of Carmen

Tickets on Sale NOW for June 10 & 12 Performances at UNLV’s Performing Arts Center Box Office

Bampton Classical Opera 2016

A Double-Bill of Divine Comedies

A Conversation with Sir Nicholas Jackson

With its merry-go-round exchange of deluded and bewitched lovers, an orphan-turned-princess, a usurped prince, a jewel and a flower with magical properties, a march to the scaffold and a meddling ‘mistress-of-ceremonies’ who encourages the young lovers to disguise and deceive, William Makepeace Thackeray’s The Rose and the Ring has all the ingredients of an opera buffa.

A Chat With Up-and-Coming Conductor Kathleen Kelly

Kathleen Kelly is an internationally renowned pianist, coach, conductor, and master teacher. She was the first woman and first American named Director of Musical Studies at the Vienna State Opera.

Atsuto Sawakami — Sponsor of Italian Opera in Japan

Atsuto Sawakami is a slightly built man in his late sixties with impeccable, gentlemanly manners. He communicates a certain restless energy and his piercingly bright eyes reveal an undimmed appetite for life.

Mark Stone — Oxford Lieder Festival

‘Lieder v. Opera’? At first glance it might seem to be a pointless or nonsensical question.

Rhymes With Opera Presents New Opera About Dolly Parton Fans

Extreme Dolly Parton fans may sound like unlikely subjects for an opera, but they are the major characters in Heartbreak Express, a collaboration of composer George Lam and librettist John Clum.

Oxford Lieder Festival 2015 - Sholto Kynoch interview

Last year's Oxford Lieder Festival made something of a splash when it encompassed all of Schubert's songs, performed in the space of three weeks. This year's festival, the 14th, which runs from 16 to 31 October 2015 has a rather different, yet still eye-catching theme; Singing Words: Poets and their Songs.

Sondra Radvanovsky Stars in the Title Role of Anna Bolena

The First of Three Donizetti Queens She Will Sing at the Met This Season

For Odyssey Opera, No Operatic Challenge is Too Great

For a company founded in 2013, Odyssey Opera has an astounding track record. To take on Korngold’s Die tote Stadt is ambitious enough, but to do so within only a year of the company’s founding seems almost single-minded.

OPERA TODAY ARCHIVES »

Commentary

06 Oct 2004

Le Figaro Interviews Felicity Lott

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l’un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l’équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s’imposent de l’opérette viennoise à l’opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n’inaugure la nouvelle salle de Grenoble, «rodage» précédant les représentations parisiennes.

Felicity Lott : "J'ai besoin qu'on m'aime"

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l'un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l'équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s'imposent de l'opérette viennoise à l'opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n'inaugure la nouvelle salle de Grenoble, "rodage" précédant les représentations parisiennes.

Propos recueillis par Christian Merlin
[05 octobre 2004]

Felicity Lott

LE FIGARO. - En pleines répétitions de La Grande Duchesse, comment vous sentez-vous ?

Felicity LOTT. - Je me sens nulle, comme d'habitude. Mais ce n'est pas nouveau, j'avais déjà eu la meme impression au début du travail sur La Belle Hélène. J'ai tellement de texte à dire en français, je dois chanter et jouer en meme temps : on ne peut se permettre une seconde d'inattention. Je regarde François Le Roux, Yann Beuron, Sandrine Piau, je les trouve formidables et je me dis : je n'y arriverai jamais, qu'est-ce que je fais là ? Je dois etre pénible pour les autres, avec mes complexes. Ils ont certainement suffisamment de problèmes pour ne pas avoir en plus à subir les miens !

Vous semblez pourtant si à l'aise en scène ! Qu'est-ce qui vous permet de surmonter votre manque de confiance en vous ?

La confiance des autres. J'aimerais etre plus forte et me porter toute seule, mais c'est ainsi : j'ai besoin d'etre soutenue par les autres. La clé, c'est le travail d'équipe : je suis incapable de considérer mon métier comme une activité individualiste. C'est pourquoi, par exemple, j'aime beaucoup donner des récitals à deux, que ce soit avec ma complice Ann Murray ou avec Angelika Kirchschlager, dont j'aime tant le naturel et la spontanéité. Ici, pour un spectacle comme La Grande Duchesse, on est porté par l'équipe Minkowski/Pelly, qui est comme une famille.

Qu'est-ce qui vous lie à eux ?

D'abord le fait que nous adorons la musique d'Offenbach et voulons la servir le mieux possible. J'aime beaucoup Laurent Pelly parce qu'il me fait confiance et trouve toujours des solutions qui me sont adaptées. Et puis il n'hésite pas à aller contre la musique, ce qui crée une tension plus intéressante que si la mise en scène dit exactement la meme chose que la partition. Quant à Marc, il essaie de nettoyer les partitions, afin qu'on les entende comme si c'était la première fois. Il s'intéresse à la couleur des mots, et meme au non-dit, au "sous-texte". Ses tempi sont certes souvent très rapides, et il n'est pas facile à suivre, mais cela aussi crée une tension positive : on doit toujours etre aux aguets, et les finales d'actes sont si excitants !

Je suppose que c'est le succès immense de La Belle Hélène qui vous a encouragée à aborder un nouveau role offenbachien ?

Si je me souviens bien, c'est à la fin de la première série de Belle Hélène, sachant que je ne pourrais assurer la première reprise, que Jean-Pierre Brossmann a évoqué l'idée d'un autre ouvrage. La Grande Duchesse est vraiment très différente : impossible de faire une copie du spectacle précédent. Elle est à la fois plus drole et moins drole. On y ridiculise la guerre et la corruption du pouvoir, ce qui me plaît bien. La fin est plus cruelle et mon personnage n'est pas très sympathique, ce qui me plaît moins : j'ai besoin qu'on m'aime !

Qu'est-ce qui vous attire dans Offenbach ?

C'est d'abord, au stade actuel de ma carrière, de faire quelque chose de tout à fait différent, après toutes ces Maréchales... Attention, j'adore Richard Strauss, d'ailleurs sans lui j'aurais été au chomage Sans parler de ces chefs qui vous noient sous un flot orchestral contre lequel on ne peut pas lutter.

Tous les chefs ?

Oh non Je lui ai dit que j'aimerais bien chanter Les Quatre Derniers Lieder avec lui, mais il m'a répondu qu'ils étaient de toute façon inchantables. Quel homme merveilleux Il a préféré renoncer à une carrière plus prestigieuse car il préfère etre entouré de ceux qu'il aime et qui l'aiment : je suis pareille. Et puis j'adore Bernard Haitink, avec qui j'ai fait mes débuts à Glyndebourne il y a 27 ans. C'est la seule audition que j'aie jamais passée, et elle a marché. Je pense qu'il s'en est vite débarrassé car il détestait les auditions, tout comme moi. J'ai réussi le contre-ut d'Ann Trulove dans le Rake's Progress de Stravinsky et ça a suffi. Pourtant, ce n'était pas "joli joli". Ce n'est jamais joli joli, d'ailleurs.

Vous chantez certains roles, y compris dans Offenbach, dans lesquels on est habitué à entendre des voix plus lourdes. Est-ce un problème?

C'en est un si j'essaie de gonfler ma voix, de forcer le volume dans le médium. Quand j'ai travaillé la Maréchale, je suis allée consulter Georg Solti, qui était si gentil. Il m'a dit quelque chose de très simple : "N'essaie pas de faire comme les autres, chante-le avec ta voix. Tu envies les autres sopranes pour des qualités que tu n'as pas, mais dis-toi que beaucoup de sopranes aimeraient chanter comme tu le fais toi." Cela donne confiance. Tout comme quand j'ai rencontré Denise Duval, la créatrice de La Voix humaine de Poulenc, et qu'elle m'a dit avoir aimé mon interprétation de cette oeuvre. Vous vous rendez compte : Denise Duval!

Recommended Recordings:

Voici le sabre de mon père from La Grande Duchesse de Gérolstein, with Livine Mertens, sop. (1930).

Send to a friend

Send a link to this article to a friend with an optional message.

Friend's Email Address: (required)

Your Email Address: (required)

Message (optional):