Subscribe to
Opera Today

Receive articles and news via RSS feeds or email subscription.


facebook-icon.png


twitter_logo[1].gif



Plumbago_9780993198359_1.png

9780521746472.png

0810888688.gif

0810882728.gif

Recently in Commentary

Odyssey Opera Resurrects Henry VIII

BOSTON, MA (For Release 07.18.19) — One of the nation’s most adventurous opera companies, Odyssey Opera, begins its seventh season with a concert performance of Henry VIII (1883) by French composer Camille Saint-Saëns based on El cisma en Inglaterra (The schism in England) by Pedro Calderón de la Barca.

Glyndebourne Announces the Return of the Glyndebourne Opera Cup in 2020

Glyndebourne’s major new international singing competition returns in 2020 with a renewed commitment to supporting diversity in opera. The Glyndebourne Opera Cup - the international competition for opera singers is designed to discover and spotlight the best young singers around the world, offering a top prize of £15,000 and a guaranteed role at a leading international opera house. The final will once again be broadcast live on Sky Arts on 7 March 2020 and the series is produced by Factory Films.

Garsington Opera: Five Young Singers Win Prestigious Awards

Winners of this year’s prestigious Leonard Ingrams Foundation awards are mezzo-soprano Bianca Andrew and tenor Oliver Johnston. These awards support, encourage and nurture the best young artists involved in the creative process of bringing opera to the stage, and are made in memory of Garsington Opera’s founder Leonard Ingrams, to ensure the continuity of his vision.

Bill Bankes-Jones on the twelfth Tête à Tête Opera Festival

“We need to stop talking about ‘diversity’ and think instead about ‘inclusivity’,” says Bill Bankes-Jones, when we meet to talk about the forthcoming twelfth Tête à Tête Opera Festival which runs from 24th July to 10th August.

The Italian Opera Connection at ‘The English Versailles’: The Duchess of Buccleuch and the Georgian Stage at Boughton House

As part of its annual programme of events, Boughton House in Northamptonshire hosts ‘A Passion for Opera’, a rare exhibition portraying the musical life of Lady Elizabeth Montagu (1743–1827) and the world of Georgian operatic culture.

An interview with composer Dani Howard

The young Hong Kong-born British composer Dani Howard is having quite a busy year.

Lyric Opera of Chicago’s 2020 Ring Cycle

Lyric Opera of Chicago has announced both schedules and cast-lists for is Spring 2020 performances of Richard Wagner’s Ring Cycle. Given the series of individual productions already staged by the company since Fall 2016, that pave the way for the complete cycle, Lyric Opera of Chicago’s complete production should affirm the artistic might of the great composer.

Irish mezzo-soprano Paula Murrihy on Salzburg, Sellars and Singing

For Peter Sellars, Mozart’s Idomeneo is a ‘visionary’ work, a utopian opera centred on a classic struggle between a father and a son written by an angry 25-year-old composer who wanted to show the musical establishment what a new generation could do.

London Bel Canto Festival 2019: an interview with Ken Querns-Langley

“Physiognomy, psychology and technique.” These are the three things that determine the way a singer’s sound is produced, so Ken Querns-Langley explains when we meet in the genteel surroundings of the National Liberal Club, where the training programmes, open masterclasses and performances which will form part the third London Bel Canto Festival will be held from 5th-24th August.

The Royal Opera Tours to Japan in September 2019

The Royal Opera is delighted to be returning to Japan in September 2019 as part of an exciting year of UK-Japan exchanges, titled UK in Japan 2019-20, following the Company’s hugely successful tour in autumn 2015.

Longborough Festival Opera announces collaboration with The Academy of Ancient Music in 2020

Longborough Festival Opera will collaborate with the Academy of Ancient Music (AAM) for its production of Monteverdi The Return of Ulysses in 2020. Robert Howarth will conduct Monteverdi’s beautiful, compassionate drama, with Tom Randle in the title role.

Glyndebourne’s first production of Dialogues des Carmélites to open Glyndebourne Festival 2020

Glyndebourne’s first production of Poulenc’s Dialogues des Carmélites will open Glyndebourne Festival 2020, it was announced today. The opera house unveiled its 2020 plans at an event in its recently built Production Hub, hosted by Glyndebourne’s new senior leadership team, Artistic Director Stephen Langridge and Managing Director Sarah Hopwood, who jointly replace the former position of General Director.

Garsington Opera Announces 2020 season and 2019 Paris Performance

Garsington Opera is delighted to announce the 2020 season that will open on 28 May, featuring three new productions - Verdi’s Un giorno di regno, Mozart’s Mitridate, re di Ponto, Dvořák’s Rusalka and a revival of John Cox’s legendary production of Beethoven’s Fidelio.

Un ballo in maschera at Investec Opera Holland Park: in conversation with Alison Langer

“Sop. Page, attendant on the King.” So, reads a typical character description of the loyal page Oscar, whose actions, in Verdi’s Un ballo in maschera, unintentionally lead to his monarch’s death. He reveals the costume that King Gustavo is wearing at the masked ball, thus enabling the monarch’s secretary, Anckarstroem, to shoot him. The dying King falls into the faithful Oscar’s arms.

Martin Duncan directs the first UK staging of Offenbach's Fantasio at Garsington

A mournful Princess forced by her father into an arranged marriage. A Prince who laments that no-one loves him for himself, and so exchanges places with his aide-de-camp. A melancholy dreamer who dons a deceased jester’s motley and finds himself imprisoned for impertinence.

Thomas Larcher's The Hunting Gun at the Aldeburgh Festival: in conversation with Peter Schöne

‘Aloneness’ does not immediately seem a likely or fruitful subject for an opera. But, loneliness and isolation - an individual’s inner sphere, which no other human can truly know or enter - are at the core of Yasushi Inoue’s creative expression.

The London Handel Festival and The Royal Opera announce a co-production of Handel’s Susanna starring members of The Royal Opera’s Jette Parker Young Artists Programme

The London Handel Festival and The Royal Opera today [14 May 2019] announced a co-production of Handel’s oratorio Susanna as part of the 2020 London Handel Festival. The new production, performed in English in the Linbury Theatre [5 - 14 March 2020], will star members and Link Artists from The Royal Opera’s Jette Parker Young Artists Programme. Handel’s Susanna was written for Covent Garden and had its premiere on the site in 1749, but has not been performed at Covent Garden since.

Royal Opera House announces 17 new productions for its 2019/20 Season

The Royal Opera House today launches its 2019/20 Season, unveiling an exciting range of new commissions, world premieres and much-loved revivals, supported by a diverse range of ticketed and free daytime events, activities and festivals for people of all ages. In the first full Season since the completion of the Royal Opera House’s three-year Open Up renovation, The Royal Opera Company unveils a host of innovative new work, with 13 new productions, including two world premieres, in the Season ahead.

In interview with Polly Graham, Artistic Director of Longborough Festival Opera

What links Wagner’s Das Rheingold, Donizetti’s Anna Bolena, Mozart’s Don Giovanni and Cavalli’s La Calisto? It sounds like the sort of question Paul Gambaccini might pose to contestants on BBC Radio 4’s music quiz, Counterpoint.

Carlo Diacono: L’Alpino

“Diacono himself does not know what musical talent he possesses” – Mascagni

OPERA TODAY ARCHIVES »

Commentary

06 Oct 2004

Le Figaro Interviews Felicity Lott

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l’un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l’équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s’imposent de l’opérette viennoise à l’opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n’inaugure la nouvelle salle de Grenoble, «rodage» précédant les représentations parisiennes.

Felicity Lott : "J'ai besoin qu'on m'aime"

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l'un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l'équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s'imposent de l'opérette viennoise à l'opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n'inaugure la nouvelle salle de Grenoble, "rodage" précédant les représentations parisiennes.

Propos recueillis par Christian Merlin
[05 octobre 2004]

Felicity Lott

LE FIGARO. - En pleines répétitions de La Grande Duchesse, comment vous sentez-vous ?

Felicity LOTT. - Je me sens nulle, comme d'habitude. Mais ce n'est pas nouveau, j'avais déjà eu la meme impression au début du travail sur La Belle Hélène. J'ai tellement de texte à dire en français, je dois chanter et jouer en meme temps : on ne peut se permettre une seconde d'inattention. Je regarde François Le Roux, Yann Beuron, Sandrine Piau, je les trouve formidables et je me dis : je n'y arriverai jamais, qu'est-ce que je fais là ? Je dois etre pénible pour les autres, avec mes complexes. Ils ont certainement suffisamment de problèmes pour ne pas avoir en plus à subir les miens !

Vous semblez pourtant si à l'aise en scène ! Qu'est-ce qui vous permet de surmonter votre manque de confiance en vous ?

La confiance des autres. J'aimerais etre plus forte et me porter toute seule, mais c'est ainsi : j'ai besoin d'etre soutenue par les autres. La clé, c'est le travail d'équipe : je suis incapable de considérer mon métier comme une activité individualiste. C'est pourquoi, par exemple, j'aime beaucoup donner des récitals à deux, que ce soit avec ma complice Ann Murray ou avec Angelika Kirchschlager, dont j'aime tant le naturel et la spontanéité. Ici, pour un spectacle comme La Grande Duchesse, on est porté par l'équipe Minkowski/Pelly, qui est comme une famille.

Qu'est-ce qui vous lie à eux ?

D'abord le fait que nous adorons la musique d'Offenbach et voulons la servir le mieux possible. J'aime beaucoup Laurent Pelly parce qu'il me fait confiance et trouve toujours des solutions qui me sont adaptées. Et puis il n'hésite pas à aller contre la musique, ce qui crée une tension plus intéressante que si la mise en scène dit exactement la meme chose que la partition. Quant à Marc, il essaie de nettoyer les partitions, afin qu'on les entende comme si c'était la première fois. Il s'intéresse à la couleur des mots, et meme au non-dit, au "sous-texte". Ses tempi sont certes souvent très rapides, et il n'est pas facile à suivre, mais cela aussi crée une tension positive : on doit toujours etre aux aguets, et les finales d'actes sont si excitants !

Je suppose que c'est le succès immense de La Belle Hélène qui vous a encouragée à aborder un nouveau role offenbachien ?

Si je me souviens bien, c'est à la fin de la première série de Belle Hélène, sachant que je ne pourrais assurer la première reprise, que Jean-Pierre Brossmann a évoqué l'idée d'un autre ouvrage. La Grande Duchesse est vraiment très différente : impossible de faire une copie du spectacle précédent. Elle est à la fois plus drole et moins drole. On y ridiculise la guerre et la corruption du pouvoir, ce qui me plaît bien. La fin est plus cruelle et mon personnage n'est pas très sympathique, ce qui me plaît moins : j'ai besoin qu'on m'aime !

Qu'est-ce qui vous attire dans Offenbach ?

C'est d'abord, au stade actuel de ma carrière, de faire quelque chose de tout à fait différent, après toutes ces Maréchales... Attention, j'adore Richard Strauss, d'ailleurs sans lui j'aurais été au chomage Sans parler de ces chefs qui vous noient sous un flot orchestral contre lequel on ne peut pas lutter.

Tous les chefs ?

Oh non Je lui ai dit que j'aimerais bien chanter Les Quatre Derniers Lieder avec lui, mais il m'a répondu qu'ils étaient de toute façon inchantables. Quel homme merveilleux Il a préféré renoncer à une carrière plus prestigieuse car il préfère etre entouré de ceux qu'il aime et qui l'aiment : je suis pareille. Et puis j'adore Bernard Haitink, avec qui j'ai fait mes débuts à Glyndebourne il y a 27 ans. C'est la seule audition que j'aie jamais passée, et elle a marché. Je pense qu'il s'en est vite débarrassé car il détestait les auditions, tout comme moi. J'ai réussi le contre-ut d'Ann Trulove dans le Rake's Progress de Stravinsky et ça a suffi. Pourtant, ce n'était pas "joli joli". Ce n'est jamais joli joli, d'ailleurs.

Vous chantez certains roles, y compris dans Offenbach, dans lesquels on est habitué à entendre des voix plus lourdes. Est-ce un problème?

C'en est un si j'essaie de gonfler ma voix, de forcer le volume dans le médium. Quand j'ai travaillé la Maréchale, je suis allée consulter Georg Solti, qui était si gentil. Il m'a dit quelque chose de très simple : "N'essaie pas de faire comme les autres, chante-le avec ta voix. Tu envies les autres sopranes pour des qualités que tu n'as pas, mais dis-toi que beaucoup de sopranes aimeraient chanter comme tu le fais toi." Cela donne confiance. Tout comme quand j'ai rencontré Denise Duval, la créatrice de La Voix humaine de Poulenc, et qu'elle m'a dit avoir aimé mon interprétation de cette oeuvre. Vous vous rendez compte : Denise Duval!

Recommended Recordings:

Voici le sabre de mon père from La Grande Duchesse de Gérolstein, with Livine Mertens, sop. (1930).

Send to a friend

Send a link to this article to a friend with an optional message.

Friend's Email Address: (required)

Your Email Address: (required)

Message (optional):