Subscribe to
Opera Today

Receive articles and news via RSS feeds or email subscription.


facebook-icon.png


twitter_logo[1].gif



9780393088953.png

9780521746472.png

0810888688.gif

0810882728.gif

Recently in Commentary

Stefano Mastrangelo — An Italian in Japan

I’m interviewing Stefano Mastrangelo in the immediate aftermath of his conducting La Traviata for the Chofu City Opera in Tokyo on 22 November 2014; he conveys an air at once of tiredness and exhilaration.

Apotheosis Opera to Stage Tannhäuser

Apotheosis Opera is proud to announce their inaugural production will be a fully-staged English translation of Richard Wagner’s early masterpiece TANNHÄUSER on Friday, July 31, 2015, at 7pm and Sunday, August 2, 2015, at 3pm at the theatre of El Museo del Barrio (1230 5th Avenue) .

Operalia 2015

‘Competitions are for horses, not artists.’ The words of Béla Bartók seemed apposite on Sunday night at the Royal Opera House, as 11 soloists walked swiftly onto the Covent Garden stage, performed their chosen aria, briefly acknowledged the applause and then returned summarily to the wings.

The ‘Other’ Così

Twin sisters – one pensive, the other gregarious – are soon to wed their beau, whose contrasting characters – one earnestly introverted, the other a boisterous hedonist – perfectly match their respective betrotheds’.

Scalia/Ginsburg Premiere at Castleton Festival

Derrick Wang is a composer who graduated from law school and has an interest in this country’s highest court.

Sara Gartland Takes on Jenůfa

Sara Gartland is an emerging singer who brings an enormous talent and a delightful personality to the opera stage. Having sung lighter soprano roles such as Juliette in Gounod’s Romeo et Juliette and Violetta in Verdi’s La traviata, Gartland is now taking on the title role in Leoš Janáček’s dramatic opera Jenůfa.

Press Release: Welsh National Opera explores Madness for autumn season

Madness descends upon Welsh National Opera for its autumn 2015 season, with three new productions that will explore human turmoil through some of the finest musical expressions of madness and the human condition.

A Chat with Pulitzer Prize Winning Composer Jennifer Higdon

American composer Jennifer Higdon has won many awards for her imaginative music. Her percussion concerto received the 2009 Grammy Award for Best Contemporary Classical Composition.

Falling in love with Wolf-Ferrari — An interview with Friedrich Haider

Bratislava in Slovakia might seem an unlikely place to come across the opera I gioielli della Madonna (The Jewels of the Madonna) a 1911 rarity written by the Italian/German Ermanno Wolf-Ferrari, a composer best known for his one-act opera Il segreto di Susanna ( Susanna’s Secret) and his comedies based on Goldoni.

Jac van Steen in Conversation

Last year’s Strauss anniversary year — 150 years since his birth — offered, at least in the United Kingdom, a typical number of opportunities and frustrations.

Jonathan Dove’s Flight, Opera Holland Park

On 6 June, Jonathan Dove’s Flight touches down in Kensington, west London. Opera Holland Park is to stage the first London production of Dove’s operatic presentation of the real-life story of Mehran Karimi Nasseri, the Iranian exile who, lacking residency rights or refugee status, was forced to live in the departure lounge of Terminal One at Charles de Gaulle Airport for 18 years.

San Diego Opera Celebrates 50 Years of Great Singing

San Diego Opera, the company that General Manager Ian Campbell had scheduled for demolition, proved that it is alive and singing as beautifully as ever. Its 2015 season was cut back slightly and management has become a bit leaner, but the company celebrated its fiftieth season in fine style with a concert that included many of the greatest arias ever written.

Kathleen Ferrier Awards, Wigmore Hall

Kathleen Ferrier may have been one of the world’s finest contraltos but this year’s Kathleen Ferrier Awards Final, held at the Wigmore Hall, was all about lyric sopranos.

World Premiere of Jennifer Higdon’s opera Cold Mountain at Santa Fe Opera this August

East Coast Premiere at Opera Philadelphia next season. Performances from Cold Mountain at the Guggenheim in New York this Monday, March 30.

Winners of the Metropolitan Opera National Council Auditions Announced

Five Young Singers Named Winners of the 2015 Met National Council Auditions, America’s Most Prestigious Vocal Competition

A Chat with Julia Noulin-Mérat

Julia Noulin-Mérat is the principal designer for the Noulin-Merat Studio, an intrepid New York City production design firm that works in theater, film, and television, but emphasizes opera and immersive site-specific theatre.

Mirabai: New opera, holograms and eternal love

A brand new opera — especially one that is groundbreaking— can really put an opera company on the map. British composer Barry Seaman’s stunning new work, Mirabai, which explores the story of the free thinking, mystic 16th century Hindu princess, Mira, is ambitious on many levels — artistically, technically and creatively.

Bampton Classical Opera Young Singers’ Competition 2015

Bampton Classical Opera has announced that applications are now open for the company’s Young Singers’ Competition 2015. This biennial competition was first launched in 2013 to celebrate Bampton Classical Opera’s 20th birthday, and is aimed at identifying the finest emerging young opera singers currently working in the UK.

A Chat with Anita Rachvelishvili

Anita Rachvelishvili recently performed the title role in Carmen broadcast by The Metropolitan Opera Live in HD. Here she drops by for a little chat with our Maria Nockin.

On The Death of Klinghoffer

This is a revised version of my review of the Sept 5th 1991American premiere of The Death of Klinghoffer, at the Brooklyn Academy of Music. The opera was first performed at Brussels’ La Monnaie the previous spring.

OPERA TODAY ARCHIVES »

Commentary

06 Oct 2004

Le Figaro Interviews Felicity Lott

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l’un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l’équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s’imposent de l’opérette viennoise à l’opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n’inaugure la nouvelle salle de Grenoble, «rodage» précédant les représentations parisiennes.

Felicity Lott : "J'ai besoin qu'on m'aime"

Deux reprises, des tournées, un DVD, le prix de la critique : La Belle Hélène par le tandem Minkowski/Pelly fut l'un des plus grands et des plus durables succès du Châtelet. De quoi donner envie de reconduire l'équipe gagnante dans un autre Offenbach : ce sera La Grande Duchesse de Gérolstein. Mais à une condition : que la vedette en soit à nouveau Dame Felicity Lott, la plus française des chanteuses britanniques, dont la classe et le naturel s'imposent de l'opérette viennoise à l'opéra-bouffe français, en passant par la nostalgie du Chevalier à la rose ou le désespoir de La Voix humaine. Nous avons rencontré cette femme délicieuse début septembre, juste avant que le spectacle n'inaugure la nouvelle salle de Grenoble, "rodage" précédant les représentations parisiennes.

Propos recueillis par Christian Merlin
[05 octobre 2004]

Felicity Lott

LE FIGARO. - En pleines répétitions de La Grande Duchesse, comment vous sentez-vous ?

Felicity LOTT. - Je me sens nulle, comme d'habitude. Mais ce n'est pas nouveau, j'avais déjà eu la meme impression au début du travail sur La Belle Hélène. J'ai tellement de texte à dire en français, je dois chanter et jouer en meme temps : on ne peut se permettre une seconde d'inattention. Je regarde François Le Roux, Yann Beuron, Sandrine Piau, je les trouve formidables et je me dis : je n'y arriverai jamais, qu'est-ce que je fais là ? Je dois etre pénible pour les autres, avec mes complexes. Ils ont certainement suffisamment de problèmes pour ne pas avoir en plus à subir les miens !

Vous semblez pourtant si à l'aise en scène ! Qu'est-ce qui vous permet de surmonter votre manque de confiance en vous ?

La confiance des autres. J'aimerais etre plus forte et me porter toute seule, mais c'est ainsi : j'ai besoin d'etre soutenue par les autres. La clé, c'est le travail d'équipe : je suis incapable de considérer mon métier comme une activité individualiste. C'est pourquoi, par exemple, j'aime beaucoup donner des récitals à deux, que ce soit avec ma complice Ann Murray ou avec Angelika Kirchschlager, dont j'aime tant le naturel et la spontanéité. Ici, pour un spectacle comme La Grande Duchesse, on est porté par l'équipe Minkowski/Pelly, qui est comme une famille.

Qu'est-ce qui vous lie à eux ?

D'abord le fait que nous adorons la musique d'Offenbach et voulons la servir le mieux possible. J'aime beaucoup Laurent Pelly parce qu'il me fait confiance et trouve toujours des solutions qui me sont adaptées. Et puis il n'hésite pas à aller contre la musique, ce qui crée une tension plus intéressante que si la mise en scène dit exactement la meme chose que la partition. Quant à Marc, il essaie de nettoyer les partitions, afin qu'on les entende comme si c'était la première fois. Il s'intéresse à la couleur des mots, et meme au non-dit, au "sous-texte". Ses tempi sont certes souvent très rapides, et il n'est pas facile à suivre, mais cela aussi crée une tension positive : on doit toujours etre aux aguets, et les finales d'actes sont si excitants !

Je suppose que c'est le succès immense de La Belle Hélène qui vous a encouragée à aborder un nouveau role offenbachien ?

Si je me souviens bien, c'est à la fin de la première série de Belle Hélène, sachant que je ne pourrais assurer la première reprise, que Jean-Pierre Brossmann a évoqué l'idée d'un autre ouvrage. La Grande Duchesse est vraiment très différente : impossible de faire une copie du spectacle précédent. Elle est à la fois plus drole et moins drole. On y ridiculise la guerre et la corruption du pouvoir, ce qui me plaît bien. La fin est plus cruelle et mon personnage n'est pas très sympathique, ce qui me plaît moins : j'ai besoin qu'on m'aime !

Qu'est-ce qui vous attire dans Offenbach ?

C'est d'abord, au stade actuel de ma carrière, de faire quelque chose de tout à fait différent, après toutes ces Maréchales... Attention, j'adore Richard Strauss, d'ailleurs sans lui j'aurais été au chomage Sans parler de ces chefs qui vous noient sous un flot orchestral contre lequel on ne peut pas lutter.

Tous les chefs ?

Oh non Je lui ai dit que j'aimerais bien chanter Les Quatre Derniers Lieder avec lui, mais il m'a répondu qu'ils étaient de toute façon inchantables. Quel homme merveilleux Il a préféré renoncer à une carrière plus prestigieuse car il préfère etre entouré de ceux qu'il aime et qui l'aiment : je suis pareille. Et puis j'adore Bernard Haitink, avec qui j'ai fait mes débuts à Glyndebourne il y a 27 ans. C'est la seule audition que j'aie jamais passée, et elle a marché. Je pense qu'il s'en est vite débarrassé car il détestait les auditions, tout comme moi. J'ai réussi le contre-ut d'Ann Trulove dans le Rake's Progress de Stravinsky et ça a suffi. Pourtant, ce n'était pas "joli joli". Ce n'est jamais joli joli, d'ailleurs.

Vous chantez certains roles, y compris dans Offenbach, dans lesquels on est habitué à entendre des voix plus lourdes. Est-ce un problème?

C'en est un si j'essaie de gonfler ma voix, de forcer le volume dans le médium. Quand j'ai travaillé la Maréchale, je suis allée consulter Georg Solti, qui était si gentil. Il m'a dit quelque chose de très simple : "N'essaie pas de faire comme les autres, chante-le avec ta voix. Tu envies les autres sopranes pour des qualités que tu n'as pas, mais dis-toi que beaucoup de sopranes aimeraient chanter comme tu le fais toi." Cela donne confiance. Tout comme quand j'ai rencontré Denise Duval, la créatrice de La Voix humaine de Poulenc, et qu'elle m'a dit avoir aimé mon interprétation de cette oeuvre. Vous vous rendez compte : Denise Duval!

Recommended Recordings:

Voici le sabre de mon père from La Grande Duchesse de Gérolstein, with Livine Mertens, sop. (1930).

Send to a friend

Send a link to this article to a friend with an optional message.

Friend's Email Address: (required)

Your Email Address: (required)

Message (optional):