Subscribe to
Opera Today

Receive articles and news via RSS feeds or email subscription.


twitter_logo[1].gif



9780393088953.png

9780521746472.png

0810888688.gif

0810882728.gif

Recently in Performances

Guillaume Tell in Monaco

Peasants revolt in a sea of Maserati and Ferrari’s.

LA Opera Presents Figaro 90210

Figaro 90210 is Vid Guerrerio’s modern version of Wolfgang Amadeus Mozart and Lorenzo DaPonte’s 1786 opera, The Marriage of Figaro.

Tristan und Isolde at the Wiener Staatsoper

David McVicar’s production of Wagner’s seminal music drama runs aground on the Cornish coast.

Songs of Night and Travel, Wigmore Hall

The coming of ‘Night’ brings darkness, shadows and mystery; sleep, dreams and nightmares; fancies, fantasies and passions.

Andrea Chénier, Royal Opera

Umberto’s Giordano’s Andrea Chénier, now at the Royal Opera House, is no more about history than Jesus Christ Superstar is about theology.

Yevgeny Onegin in Warsaw

Mariusz Treliński’s staging of Tchaikovsky’s operatic masterpiece is visually fascinating but psychologically confusing

Orfeo at the Roundhouse, Royal Opera

The regal trumpets and sackbuts sound their bold herald and, followed by admiring eyes, the powers of state and church begin their dignified procession along a sloping walkway to assume their lofty positions upon the central dais.

Idomeneo in Montpellier

Vestiges of a momentous era . . .

L’elisir d’amore in Marseille

There were hints that L’elisir is one of the great bel canto masterpieces.

Das Liebesverbot opens the new season at Teatro Verdi in Trieste

Aron Stiehl’s production of this rare early Wagner opera cheerfully brings commedia dell’arte to La Cage aux Folles.

Amsterdam: Lohengrin Lite

Stage director Pierre Audi is not one to be strictly representational in his story telling.

Fidelio, Manitoba Opera

For the first time in its 42-year history, Manitoba Opera presented Beethoven’s mighty ode to freedom, Fidelio, with an extraordinary production that resonated as loudly as tolling bells of freedom.

The Hilliard Ensemble: Farewell Concert at Wigmore Hall

Forty-one years is a long time for any partnership to be sustained and to flourish — be it musical, commercial or marital! And, given The Hilliard Ensemble’s ongoing reputation as one of the world’s finest a cappella groups, noted for their performances of works dating from the 11 th century to the present day, it must have been a tough decision to call an end to more than four decades of superlative music-making.

Fidelio opens new season at La Scala

Daniel Barenboim makes a triumphant departure as direttore musicale del Teatro alla Scala with Beethoven’s operatic masterpiece.

Mahler Songs: Christian Gerhaher, Wigmore Hall

Star singer and star composer, a combination guaranteed to bring in the fans. Christian Gerhaher sang Mahler at the Wigmore Hall with Gerold Huber. Gerhaher shot to fame when he sang Wolfram at the Royal Opera House Tannhäuser in 2010.

Modernity vanquished? Verdi Un ballo in maschera, Royal Opera House, London

Verdi’s Un ballo in maschera at the Royal Opera House — a masked ball in every sense, where nothing is quite what it seems.

La Traviata in Ljubljana Slovenia

Small country, small opera house — big ensemble spirit. Internationally acclaimed soprano Natalia Ushakova steps in for indisposed local Violetta with mixed results.

Otello in Bucharest — Moor’s the pity

Bulgarian director Vera Nemirova’s production of Otello for the Romanian National Opera in Bucharest was certainly full of new ideas — unfortunately all bad.

Il trovatore at Lyric Opera of Chicago

For its current revival of the 2006-2007 production of Giuseppe Verdi’s Il trovatore by Sir David McVicar Lyric Opera has assembled a talented quintet of principal singers whose strengths match this conception of the opera.

Mary, Queen of Heaven, Wigmore Hall

O Maria Deo grata — ‘O Mary, pleasing to God’: so begins Robert Fayrfax’s antiphon, one of several supplications to the Virgin Mary presented in this thought-provoking concert by The Cardinall’s Musick at the Wigmore Hall.

OPERA TODAY ARCHIVES »

Performances

18 Nov 2004

Le Monde Reviews La Traviata at La Fenice: High Praise for Cast — Carsen's Production a Cliché

La Fenice refaite à neuf lance sa saison avec une "Traviata" façon années 1970 LE MONDE | 17.11.04 | 18h19 Le théâtre vénitien, rénové après l'incendie de 1996, présente l'œuvre de Verdi dans sa version originale de 1853, transformée en...

La Fenice refaite à neuf lance sa saison avec une "Traviata" façon années 1970

LE MONDE | 17.11.04 | 18h19

Le théâtre vénitien, rénové après l'incendie de 1996, présente l'œuvre de Verdi dans sa version originale de 1853, transformée en sujet d'actualité par Robert Carsen.

Venise (Italie) de notre envoyée spéciale

Il y a presque un an, la mythique Fenice de Venise renaissait de ses cendres pour la troisième fois depuis son inauguration le 16 mai 1792. Il y eut d'abord le concert d'ouverture dirigé en grande pompe le 14 décembre par Riccardo Muti, directeur artistique de la Scala de Milan (Le Monde du 16 décembre 2003), puis une semaine de réjouissances orchestrales sous les baguettes prestidigitatrices de Christian Thielemann, Myung-Whun Chung, Marcello Viotti, Mariss Jansons et Yuri Temirkanov.

Huit ans après l'incendie criminel du 29 janvier 1996 qui réduisit la salle en cendres en moins de dix heures, 60 millions d'euros et sept années de travaux plus tard, il s'agissait de rien de moins que de feter dignement les retrouvailles avec "l'âme de Venise" (Pavarotti dixit) et la rénovation à l'identique de l'un des plus beaux théâtres d'Europe. On pouvait au passage remercier Visconti : les quinze premières minutes de Senso tournées en 1954 à La Fenice, analysées, décryptées, recoupées avec les archives et les documents d'époque datant de la seconde reconstruction de 1837, ont contribué à cette minutieuse et folle reconstitution.

Les festivités passées, la saison d'opéras 2003-2004 a sagement réintégré le petit Théâtre Malibran et le grand PalaFenice jusqu'à la fin de l'année lyrique. Cette fois, c'est pour de bon : depuis le 12 novembre, qui a vu la première de La Traviata, mise en scène par Robert Carsen, il teatro ritrovato a prouvé qu'il était désormais un théâtre en ordre de marche, bien décidé à en découdre avec sa rivale de toujours, la Scala de Milan. Riche en surprises et en inédits, la saison 2004-2005 annonce d'ores et déjà du rarissime (un Omaggio a Goffredo Petrassi et Le Roi de Lahore de Massenet), du rare (Maometto secundo de Rossini, Pia de Tolomei de Donizetti et Daphné de Richard Strauss), le jeune Mozart (La Finta Semplice) cotoyant le Wagner accompli de Parsifal, sans parler de la première vénitienne d'une Grande Duchesse de Gérolstein d'Offenbach, mise en scène par Pier Luigi Pizzi.

D'APRèS ALEXANDRE DUMAS

Mais, pour l'heure, revenons à La Traviata donnée ici dans la version originale de 1853 sur un livret de Francesco Maria Piave, d'après La Dame aux camélias, d'Alexandre Dumas fils. De cette œuvre, Carsen a fait un vrai sujet d'actu situé dans les années 1970. "No future" pour Violetta la putain jet-setteuse, qui vit et meurt en escarpins et déshabillé noir, pour quelques poignées de dollars. De l'argent, il en pleut sur elle tout au long de l'opéra, que ce soit celui de ses amants, de ses amours, de ses emmerdes, et meme de la foret qui abrite un temps son idylle avec Alfredo, dont les feuilles tombent en tapis de billets de banque. Eros contre thanatos, fric contre sentiment, honnetes gens contre dégénérés, la pauvrette vivra la descente aux enfers des gens de son espèce que l'on paye de meme. Peu à peu dépossédée d'elle-meme, condamnée à crever dans un ex- appart design kitsch, en travaux, gravats parmi les gravats. C'est triste, c'est regrettable, et c'est efficace, mais ça manque fichtrement d'originalité, notamment pour ce qui concerne une direction d'acteurs on ne peut plus conventionnelle.

Heureusement, le casting est de haut niveau. Le père Germont (Dmitri Hvorostovsky) a le ton et l'aura d'un vrai commandeur, une voix qui tue au nom de la morale bourgeoise. Son fils, Alfredo, est photographe. De là à dire que l'interprétation de Roberto Saccà fait un peu cliché... Mais la voix est belle, et tant pis si la vaillance prend trop souvent le pas sur le reste, la ferveur, l'expression. Malgré les apparences, Patrizia Ciofi est nettement plus qu'une honnete femme de mauvaise vie. Sa Violetta a une belle carrure dramaturgique, et la voix, en dépit d'une légère fatigue dans l'aigu au troisième acte, sait donner corps et souffle à la belle âme sacrifiée de Violetta. Les chœurs et l'orchestre ont vaillamment relevé le défi de la direction enlevée de Lorin Maazel, lequel donne sans compter à la musique de Verdi chair, sang, vivacité et couleurs.

Marie-Aude Roux

La Traviata, de Verdi. Teatro La Fenice, Campo San Fantin, Venise (Italie). Le 16 novembre. Avec Robert Carsen (mise en scène), Patrizia Ciofi (Violetta), Roberto Saccà (Alfredo), Dmitri Hvorostovsky (Germont), Le Chœur et l'Orchestre du Gran Teatro La Fenice, Lorin Maazel (direction musicale). Prochaines représentations les 17, 18, 19 et 20 novembre. Tél. : (+39)-041-786-575.

Retransmission en direct sur Arte et sur France Musiques, le 18 novembre à 19 heures.

[Click here for related article.]

Send to a friend

Send a link to this article to a friend with an optional message.

Friend's Email Address: (required)

Your Email Address: (required)

Message (optional):