Subscribe to
Opera Today

Receive articles and news via RSS feeds or email subscription.


facebook-icon.png


twitter_logo[1].gif



9780393088953.png

9780521746472.png

0810888688.gif

0810882728.gif

Recently in News

And London Burned: in conversation with Raphaela Papadakis

Raphaela Papadakis seems to like ‘playing with fire’. After her acclaimed performance as the put-upon maid, Anna, in Independent Opera’s production of Šimon Voseček’s Beidermann and the Arsonists at Sadler’s Wells last year, she is currently rehearsing for the premiere this week of And London Burned, a new opera by Matt Rogers which has been commissioned by Temple Music Foundation to commemorate the 350th anniversary of The Great Fire of London.

Latest news

 

Welsh National Opera explores Madness for autumn season

 

New Releases from Opera Rara

 

A Time-Out With Isabel Leonard: In 'L'Heure Espagnole' at San Francisco Symphony

 

On Site Opera Presents 'Barber of Seville' at Fabbri Mansion on New York’s Upper East Side

 

Il Trittico: Puccini's most underrated opera

 

Bizet's Carmen | English National Opera

 

Metropolitan Opera Stars Join Opera Las Vegas in Puccini’s Madama Butterfly

 

Lowering the tone

 

Celebrating Bidú Sayão's Birthday (11 May 1902)

 

The Rake’s Progress, Metropolitan Opera, New York

 

Three Tales, Imax Cinema, Science Museum, London

 

Die beste hochdramatische Sopranistin der Gegenwart

 

“Tarquin” an der Berliner Staatsoper: Vom Werden eines Diktators

 

Moses und Aron, Komische Oper Berlin

 

Death Clown for Cutie (Cav and Pag at the Met)

 

A broken heart in a bloodstained nightgown

 

Voices in space: Meredith Monk & friends construct musical cathedrals at 50-year anniversary concert

 

Beyond Falstaff in ‘Die lustigen Weiber von Windsor’: Otto Nicolai’s Revolutionary ‘Wives’

 

OPERA TODAY ARCHIVES »

News

29 Dec 2004

Egypt and Opera at the Museum

De l’Isis de Lully, en 1677, à l’Akhnaten de Philip Glass, en 1984, en passant par l’inoubliable Aïda de Verdi, pas moins de deux cents créations lyriques – cantates, oratorios, opéras et ballets – ont eu pour thème l’Egypte, dont la moitié exclusivement consacrées à Cléopâtre. C’est dire l’attirance que ce pays et ses mystères, réels ou supposées, ont exercée sur les compositeurs et les librettistes, toujours à la recherche d’un nouvel exotisme ou d’un romantisme déchirant. «Avec la deuxième collection d’égyptologie après celle du Musée Guimet de Lyon, dit Brigitte Bouret, conservateur du musée et commissaire de l’exposition «L’Egypte et l’Opéra», il était légitime que nous nous intéressions à ce thème d’une grande richesse d’autant que j’ai pu travailler avec un égyptologue de renom, Michel Dewachter.»

Mystères et érudition mythologique au Musée Déchelette de Roanne

Quand l'opéra revait d'Egypte

Anne-Marie Romero
[28 décembre 2004]

De l'Isis de Lully, en 1677, à l'Akhnaten de Philip Glass, en 1984, en passant par l'inoubliable Aïaut;da de Verdi, pas moins de deux cents créations lyriques - cantates, oratorios, opéras et ballets - ont eu pour thème l'Egypte, dont la moitié exclusivement consacrées à Cléopâtre. C'est dire l'attirance que ce pays et ses mystères, réels ou supposées, ont exercée sur les compositeurs et les librettistes, toujours à la recherche d'un nouvel exotisme ou d'un romantisme déchirant.

"Avec la deuxième collection d'égyptologie après celle du Musée Guimet de Lyon, dit Brigitte Bouret, conservateur du musée et commissaire de l'exposition "L'Egypte et l'Opéra", il était légitime que nous nous intéressions à ce thème d'une grande richesse d'autant que j'ai pu travailler avec un égyptologue de renom, Michel Dewachter."

L'Egypte qui attire les compositeurs n'est cependant pas celle des manuels d'histoire, plutot celle des collectionneurs et des cabinets de curiosités, "une Egypte de pacotille mélangée d'une grande érudition mythologique à travers les textes d'Hérodote et d'Héliodore", explique Mme Bouret. C'est ainsi que certains personnages émergent, comme Isis, symbole éternel de l'épouse et de la mère, ce qui peut aller jusqu'à une assimilation à la Vierge. Lully ouvre le bal avec son Isis, d'après Ovide, mais elle n'aura guère de succès et ne sera jouée qu'une fois. Rameau suivra avec Les Dieux d'Egypte, prétexte à une fete de cour.

Autre héroïaut;ne à succès, Cléopâtre. Elle représente l'anti-Isis et instaure le mythe de la femme orientale dangereuse, parée de tous les attraits et de tous les vices. Peu importe les époques. On jouera Cléopâtre dans des costumes d'odalisques du XIXe siècle. Bellini, Massenet, Victor Massé en feront le sujet d'un opéra, Saint-Saens d'une pièce symphonique, Berlioz d'une cantate. Thaïaut;s, la prostituée repentie et revenue à la foi chrétienne, créée par Anatole France, aura aussi son heure de gloire en inspirant un drame lyrique à Massenet.

[Click here for remainder of article.]

Send to a friend

Send a link to this article to a friend with an optional message.

Friend's Email Address: (required)

Your Email Address: (required)

Message (optional):